INSCRIRE MAINTENANT


9, 10, 11 Octobre 2018
Hall 8, Amsterdam RAI, Pays-Bas

Le plus grand événement météorologique du monde. plus de nouvelles technologies que jamais !

Compte-rendu intégral 2017

Meteorological Technology World Expo 2017 a accueilli plus de visiteurs et de nouveaux produits que jamais!

  • L'édition 2017 du salon a attiré plus de 4000 participants de 100 pays, venus voir les derniers produits et innovations de plus de 180 exposants
  • Près de 40 experts ont présenté leurs dernières recherches et leurs livres blancs lors de deux conférences spécifiques

Les visiteurs du salon Meteorological Technology World Expo 2017 à la recherche des dernières technologies et solutions pour améliorer leurs capacités de prévision et la précision de leurs observations ont été récompensés avec plus de lancements de nouveaux produits que jamais auparavant, et des exposants véritablement cosmopolites, venant d'Europe, des États-Unis, de Corée, du Japon, de Chine et d'Inde.

Le salon, désormais dans sa septième année, a accueilli plus de 4000 participants de 100 pays et s'est tenu au RAI d'Amsterdam, aux Pays-Bas, du 10 au 12 octobre. Environ 180 exposants étaient présents, profitant de l'occasion pour dévoiler une foule d'innovations avec des fonctionnalités plus utiles que jamais. En particulier, les participants ont manifesté un vif intérêt pour les instruments et services capables de fournir des données toujours plus précises et personnalisées, adaptées aux besoins particuliers des clients.

À titre d'exemple, Vaisala a fait part d'une réaction particulièrement enthousiaste envers sa solution Observation Network Manager NM10, qui permet la surveillance et le contrôle à distance de réseaux d'observation météorologique sur une seule plate-forme centrale, sécurisée et automatisée. NM10 est un système de gestion de réseau automatisé qui connecte des systèmes, des capteurs et des dispositifs individuels afin que les clients puissent facilement surveiller et contrôler leurs sites et accéder à leurs données d'observation météorologique depuis n'importe où. Selon Vaisala, les services avancés de diagnostic et d'analyse de données de NM10, ainsi que la fonction de surveillance à distance, garantissent aux clients un accès facilité aux appareils de terrain pour identifier et résoudre rapidement et efficacement les problèmes, tout en offrant des données continues de haute qualité et des coûts globaux réduits.

«Il s'agit d'une solution commerciale disponible sur le marché (COTS), ce qui signifie qu'elle est disponible à un prix compétitif », explique Olli Ojanperä, chef de produits météo chez Vaisala. «Les clients peuvent l'adapter à leurs besoins. Ils peuvent démarrer doucement pour l'essayer, puis l'élargir en fonction des besoins. Les tarifs sont très flexibles, et Vaisala est sur le marché depuis 80 ans : nous ne disparaîtrons pas. Une fois que nous fournissons un système, les clients peuvent compter sur nous pour l'assistance et la maintenance, ce qui permet de libérer leurs ressources pour fournir de meilleures prévisions météorologiques de qualité, etc.»

Kisters et MeteoGroup ont choisi le salon Meteorological Technology World Expo comme lieu idéal pour dévoiler HydroMaster, un nouveau service cloud pour les informations, prévisions et alertes météorologiques. Ce produit a été développé en réponse à des précipitations extrêmes dont la fréquence et l'ampleur augmentent en raison de l'urbanisation accrue, de la croissance démographique et du changement climatique. De tels événements constituent une menace directe pour la vie et la santé des personnes, les infrastructures, la production et les biens. Pour limiter l'impact des fortes pluies, HydroMaster aide les autorités locales, les villes et les municipalités, les propriétaires d'infrastructures et les services publics à être mieux informés et préparés, et à prendre des mesures préventives plus rapidement.

HydroMaster offre un service en ligne en direct pour visualiser, analyser et archiver les précipitations passées, actuelles et à venir depuis un navigateur Internet. Le service intègre des données d'observation et de prévision basées sur un radar de pluie calibré et à haute résolution, et permet de visualiser des informations pour des points chauds individuels à l'aide de cartes, graphiques et tableaux. Les clients peuvent saisir leurs propres points chauds, zones et bassins, définir leurs propres alertes et créer leurs propres tableaux de bord.

«Vous pouvez vraiment dépeindre votre propre domaine d'intérêt, vous tapez vos seuils et obtenez une prévision individuelle, permettant de fournir une visualisation et un état d'alerte uniques pour vos domaines d'intérêt spécifiques : vos propres actifs, bassins, versants, etc. Ainsi, si par exemple vous êtes responsable d'un stade de football, vous pouvez recevoir un avertissement avant qu'une averse torrentielle ne survienne », a expliqué Michael Natschke, responsable du développement des affaires, BU Water, Kisters.

«Les averses torrentielles peuvent également provoquer des débordements d'eaux usées. Ce système est donc idéal pour les compagnies de distribution d'eau ayant besoin d'alertes précoces, ainsi que pour les compagnies d'approvisionnement en eau, car une averse torrentielle extrême pourrait causer un énorme lessivage de polluants, ce qui nécessite un traitement spécifique de l'eau avant de pouvoir la fournir aux clients.»

Suite à une première livraison l'année dernière, Radiometer Physics a présenté son nouveau radar de nébulosité Doppler FMCW 94 GHz. La fréquence de fonctionnement de 94 GHz permet une sensibilité plus élevée mais avec un facteur de forme plus petit que les radars à bande X et Ka. La petite taille relative du système et son faible poids font qu'il est adapté aux plates-formes de mesure mobiles. Sa courte longueur d'onde et sa puissance transmise moyenne élevée (1,5 W) offrent une sensibilité élevée de -45 dBZe à 5 km avec un temps d'intégration moyen de 1,7 s selon l'entreprise, qui affirme également que le radar peut atteindre une résolution Doppler de 1,7 cm/s (512 points FFT), voire plus.

«Notre nouvel instrument fournit des informations très précises sur ce qu'il y a dans un nuage », a expliqué le Dr Alexander Myagkov, chercheur en télédétection chez Radiometer Physics. «Il est idéal pour l'étalonnage de radars météorologiques et de nébulosité à basse fréquence plus généraux, y compris les systèmes aériens et satellitaires. Il est également idéal pour fournir des alertes inondations pour des emplacements spécifiques, selon les besoins individuels des clients. C'est aussi un instrument très utile pour les aéroports, car il peut fournir des mesures du profil vertical des vents et détecter les dangers aéronautiques tels que le cisaillement du vent. Il peut également détecter l'eau surrefroidie, ce qui est important pour prévenir le givre, etc.»

Le besoin d'informations toujours plus précises et plus pertinentes a été confirmé par Plair. Leur système PlairGrid a été conçu spécialement pour les professionnels de l'allergie ainsi que pour les services météorologiques et environnementaux, afin de proposer une solution plus abordable pour la détection automatique des pollens. La solution tire parti de l'instrument de mesure tout optique de Plair, Rapid-E, qui est alimenté par une intelligence artificielle, afin d'identifier et de compter automatiquement les types de pollens allergènes les plus courants en temps réel. Selon Plair, Rapid-E est exempt de tout logiciel ou enregistreur de données et est facile à utiliser. Les données en temps réel analysées sont transmises à un tableau de bord en ligne, PlairGrid, qui permet aux utilisateurs de visualiser et de gérer les comptages horaires et quotidiens de différents types de pollens, ainsi que le nombre total de pollens et de particules. Les informations en temps réel sur le pollen fournies par Plair améliorent les modèles de prévision avec de meilleures prédictions par rapport aux prévisions hebdomadaires actuelles, ce qui permet d'offrir une meilleure qualité de vie pour les personnes souffrant d'allergies.

Les solutions de détection de pollens de la société suisse suscitent de plus en plus d'intérêt à mesure que l'on comprend mieux l'impact des allergies sur la population. Svetlana Kiseleva, directrice marketing et cofondatrice de Plair, a expliqué qu'une meilleure détection des pollens est de plus en plus nécessaire dans un monde toujours plus industrialisé. «La pollution atmosphérique est un facteur important puisqu'elle aggrave les allergies aux pollens. Le changement climatique et l'augmentation correspondante du taux de CO2, lorsque les plantes produisent plus de pollens, aggravent également les problèmes respiratoires ", a-t-elle déclaré. «Les plantes produisent également du pollen plus tôt ou plus tard dans l'année en raison du changement climatique, de sorte que les modèles de prévision précédents ne sont plus aussi efficaces.»

Le capteur de vent à ultrasons FT742-SM de FT Technologies, le plus petit modèle de la série FT7 de la société, est l'un des autres produits présentés pour la première fois au salon. Le FT742-SM, qui inclut sa propre boussole, a été spécialement conçu pour être intégré aux stations météorologiques, drones, bouées et systèmes météorologiques embarqués. Capable d'indiquer des vitesses de vent allant jusqu'à 75 m/s, il mesure 71,2 mm de haut et ne pèse que 252 g. Alimenté par la technologie Acu-Res de FT, le FT742-SM est compact et extrêmement robuste. Il ne comprend pas de pièces mobiles susceptibles d'être endommagées ou détériorées, ne nécessite aucun entretien et est capable de résister à un niveau important de chocs et de vibrations. Le boîtier en aluminium anodisé résiste aux interférence électromagnétiques, à la corrosion, au sable, à la poussière, au gel, au rayonnement solaire et aux oiseaux. Le capteur est conforme aux normes IP66 et IP67, et il compense intrinsèquement les variations de température, de pression ou d'humidité de l'air.

Le capteur est équipé d'un système de chauffage à commande thermostatique de façon à maintenir sa température à un point de consigne spécifié par l’utilisateur, entre 0 et 55 °C. Lorsque les dispositifs de chauffage sont éteints, le FT742-SM ne consomme que 29 mA à 24 VCC. Il peut également fonctionner sur 6 V, ce qui le rend idéal pour une utilisation avec des piles. Le FT742-SM peut être fourni avec une interface RS422 ou RS485, avec des données au format ASCII ou NMEA 0183, en modes de sortie par scrutation ou continue. Les mesures de vitesse du vent peuvent être spécifiées en m/s, km/h ou en nœuds.

Campbell Scientific a présenté une nouvelle station météorologique qui permet de recueillir automatiquement les données et de les rendre accessibles en ligne presque instantanément. La station MET300E est une nouvelle station météo pré-câblée, préconfigurée et polyvalente, qui peut être fournie avec un abonnement Konect Global Data Services. Cela permet à une station installée d'être simplement mise sous tension, de recueillir automatiquement les données et de les rendre disponibles presque instantanément en ligne. La société affirme que le système de collecte, d'archivage et d'affichage de données Konect Global Data Services est idéal pour toute application de mesure ou de surveillance. La société a également présenté sa nouvelle unité terminale distante pour indice de pollution CR-PVS1 PV, qui fournit aux exploitants de fermes solaires des informations en temps réel sur les panneaux photovoltaïques (PV), ce qui leur permet de prendre des décisions éclairées en matière de maintenance.

SONA & ZEN de Sieltec Canarias a également fait ses débuts sur le salon, offrant une solution pour la surveillance des nuages et des aérosols atmosphériques. Le nouveau système comprend deux lignes de mesures : données et analyse en temps réel en capturant et en traitant des images plein ciel avec une caméra haute résolution disposant d'un large champ de vision, et un radiomètre zénital pour calculer en temps réel la profondeur optique des aérosols (AOD).

Sommer a choisi le salon Meteorological Technology World Expo pour lancer sa toute dernière innovation: le système de détection du givre IDS-20. La solution fournit automatiquement et de manière fiable des données sur le givrage des surfaces et des structures en combinant des capteurs de détection du givre et des capteurs météorologiques pour la température et l'humidité. Ces données peuvent ensuite être utilisées pour effectuer un contrôle de vraisemblance intégré de la situation de givrage proprement dite, améliorant ainsi la fiabilité des valeurs distribuées.«IDS-20 est un outil très efficace pour diverses industries où la détection et la mesure du givre sont essentielles», a déclaré Christoph Sommer, responsable des ventes internationales chez Sommer. «Citons par exemple les centrales éoliennes, l'agriculture, les lignes électriques à haute tension, les téléphériques et le contrôle de la circulation aérienne et routière, ainsi que les constructions civiles telles que les ponts, les antennes, les mâts et les bâtiments.»

La conférence se penche sur des partenariats public-privé
Idéalement situées de chaque côté du hall d'exposition, la conférence principale gratuite et la conférence en comité réduit du salon Meteorological Technology World Expo ont suscité de l'intérêt et de vifs débats, avec notamment une présentation remarquable du Dr Vladimir Jankovic, maître de conférence à l'Université de Manchester, intitulée "Danger atmosphérique: l'économie devient-elle plus vulnérable aux conditions météorologiques ?", et une mise à jour technologique sur les radars météorologiques à bande X à faible coût de David McLaughlin, professeur et doyen associé à l'Université du Massachusetts.

Près de 40 intervenants ont présenté leurs dernières recherches, réflexions et découvertes sur deux réseaux couvrant les trois jours de l'événement.

La conférence a également constitué la parfaite occasion de discuter d'un autre sujet clé: comment favoriser une plus grande coopération public-privé. La deuxième journée a été l'occasion d'une table ronde entre l'HMEI, l'OMM et la Banque mondiale, axée sur le partenariat croissant entre les secteurs publics/privés et la Banque mondiale, en mettant l'accent sur le financement des projets et les plans pour l'avenir. Une autre table ronde sur l'entreprise météorologique à l'échelle mondiale privée/publique a eu lieu le troisième et dernier jour du salon.

«Nous assistons à un changement dans l'entreprise météorologique à l'échelle mondiale, où les éléments du secteur public subissent des pressions financières et ne sont pas en mesure de subventionner les programmes comme ils le devraient", a expliqué Brian Day, président de l'association Hydro-Meteorological Equipment Industry (HMEI). «Nous devons trouver un moyen pour que le secteur public, les entreprises privées et les universités fonctionnent mieux que par le passé, lorsque la relation reposait davantage sur un modèle» vendeur-client». Nous devons maintenant commencer à former des partenariats. Au cours des 18 derniers mois, les partenariats public-privé ont fait l'objet d'un coup de pouce, et des discussions à ce sujet ont été menées par la Banque mondiale et l'OMM.»

M. Day a reconnu que les progrès ont été trop lents, l'industrie hésitant à adopter de nouvelles méthodes de travail: «Par nature, les gens ne souhaitent pas changer, ils aiment la façon dont les choses sont», a-t-il déclaré. "Nous devons arriver à une vision commune pour l'entreprise météorologique à échelle mondiale qui englobe les secteurs public, privé et universitaire. Nous n'y sommes pas encore. Nous devons créer une vision que tout le monde puisse saisir, de sorte que nous puissions l'utiliser pour commencer à comprendre comment construire de meilleurs partenariats. Il ne s'agit pas qu'une organisation ou un groupe domine les autres. Je sais que c'est une crainte pour certains de nos membres, mais je pense que si nous pouvons passer le temps nécessaire et articuler cette vision de ce qu'est une entreprise météorologique à échelle mondiale, nous serons en mesure de résoudre bon nombre de nos problèmes.»

Appel à l'action
S'exprimant en direct lors de la première matinée du salon Meteorology Technology World Expo 2017, M. Day de l'association HMEI a également profité de l'occasion pour lancer un appel à destination de l'industrie hydrométrique et de ses clients pour qu'ils agissent d'urgence afin de mieux remédier aux spécifications mal rédigées et mal conçues qui pourraient en fin de compte coûter aux pays des millions de dollars en termes de ressources gaspillées.

«Nous avons constaté au fil des ans que les spécifications ne sont pas bien rédigées. Elles ne sont pas rédigées pour les besoins spécifiques et, par conséquent, les clients se retrouvent avec le mauvais type d'équipement qui ne répond pas à leurs objectifs», a déclaré M. Day.«En tant qu'association, nous avons décidé de prendre en charge la rédaction des cahiers des charges, en collaboration avec la Banque mondiale et l'Organisation météorologique mondiale (OMM).»

L'Initiative sur les spécifications d'appel d'offres (Tender Specifications Initiative) menée par HMEI vise à créer un outil utile pour aider les membres de l'OMM, en particulier dans les pays en voie de développement et les pays les moins développés, à rédiger leur dossier d'appel d'offres selon les spécifications ouvertes de la 8ème édition du Guide de la CIMO.

«Nous avons maintenant terminé la première phase de la première publication de cahiers des charges pour les stations météorologiques synoptiques», a confirmé M. Day en direct du salon.«Cela va maintenant être transmis à l'OMM, qui va travailler sur les spécifications et les incorporer, ainsi que l'outil qui crée le document d'appel d'offres, sur son site web, probablement au premier trimestre 2018.»

Réactions des visiteurs
Les visiteurs de Meteorological Technology World Expo 2017 se sont empressés de remarquer la capacité unique du salon à rassembler sous un même toit autant de fournisseurs et d'innovations divers et variés: «Nous avons vu beaucoup d'exposants que je ne rencontre pas dans des salons similaires aux États-Unis. Il très intéressant de voir ce que les Européens, les Asiatiques et les Australiens ont à offrir», a déclaré Hoover Hodge, directeur des opérations à Air Force Special Operations Command (AFSOC), US Air Force (USAF).«Nous avons vu plein de nouvelles technologies. C'est très intéressant, à la pointe du progrès, et cela a définitivement éveillé notre intérêt!»

«Nous sommes venus rechercher des dispositifs lidar et sodar en vue d'évaluer l'énergie éolienne pour nos parcs éoliens offshore et onshore», a déclaré Prateek John, directeur des achats pour la société d'énergie renouvelable Vattenfall.«Nous avons discuté avec un grand nombre de fournisseurs, nous avons observé beaucoup de nouveaux équipements et de nouvelles technologies présentés ici. C'était très intéressant.»

«J'ai été impressionné», a déclaré Frank Clabby, météorologue en chef, Met Éireann (Service météorologique irlandais).«Ma principale raison d'être venu ici, c'est que l'on a toutes sortes d'instruments météorologiques du monde entier en un seul endroit, et que l'on peut voir les nouveaux produits et mises à jour des fournisseurs. On peut voir concrètement les instruments et s'adresser directement aux représentants des entreprises.»

Après un tel succès en 2017, la barre a été placée particulièrement haut pour le salon de l'année prochaine : le plus grand événement météorologique au monde aura lieu du 9 au 11 octobre 2018, au RAI d'Amsterdam, Pays-Bas. L'édition 2018 a déjà fait l'objet d'un coup de pouce puisqu'elle accueillera la conférence CIMO-TECO de l'OMM.

Pour vous inscrire et pour participer à Meteorological Technology World Expo 2018, cliquez ici.

Une solution prête à l'emploi avec service d'assistance étendu, performances et fonctionnalités éprouvées, ce qui réduit considérablement le temps de mise en œuvre et les coûts totaux sur la durée de vie, vous permettant ainsi d'optimiser votre budget. Les mises à niveau continues et efficaces vous aident à utiliser les technologies les plus avancées pour améliorer les performances actuelles et futures.

Compte-rendu archivé

2017 | 2016

Entretiens avec les exposants


Kisters



BloomSky



EFORA



WeatherBrain



MetGIS



KNMI



Rockwell Collins



Meteoblue



SEBA Hydrometrie



MeteoGroup



Meteomatics



WeatherForce



Zoglab



COMET/UCAR


Future exposition : Meteorological Technology World Expo 2019, 5-7 juin 2019, Hall 4, PalExpo, Genève, Suisse