MTWE MTWE

INSCRIRE MAINTENANT


Du 22er au 24 septembre 2020
Paris Expo Porte de Versailles, Paris, France

Nouvelles de l'industrie


Rapport de l'OMM : 2017 est l'une des années les plus chaudes jamais enregistrées

Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), l'année 2017 devrait devenir l'une des années les plus chaudes jamais enregistrées et a été marquée par de nombreux événements à fort impact, notamment des ouragans dévastateurs, des inondations, des canicules écrasantes et des épisodes de sécheresse.

Les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère devraient également atteindre un nouveau record en 2018, provoquant une poursuite du réchauffement de la planète au cours des 50 prochaines années.

La déclaration provisoire de l'OMM sur l'état du climat mondial a révélé que la température moyenne mondiale de janvier à septembre 2017 était d'environ 1,1 °C supérieure à l'époque préindustrielle. Sous l'effet d'un puissant phénomène El Niño, 2016 devrait demeurer l'année la plus chaude jamais enregistrée, 2017 et 2015 se disputant la deuxième et la troisième place. La période 2013-2017 devrait être la plus chaude jamais enregistrée sur cinq ans.

La déclaration de l'OMM a été publiée lors de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP23) à Bonn, en Allemagne, qui s'est achevée le 17 novembre 2017. Elle comprend des informations soumises par un large éventail d'organismes des Nations Unies sur les conséquences humaines, socioéconomiques et environnementales du changement climatique afin d'offrir une vision plus complète de l'interaction entre le temps, le climat et l'eau par rapport aux objectifs mondiaux de l'ONU.

Petteri Taalas, secrétaire général de l'OMM, a déclaré : « Les trois dernières années sont les plus chaudes qui aient jamais été enregistrées et s'inscrivent dans la tendance au réchauffement à long terme de la planète. Nous avons assisté à des conditions météorologiques exceptionnelles, par exemple des pics de température à plus de 50 °C en Asie ; des ouragans en succession rapide, d’une intensité record, dans les Caraïbes et dans l’Atlantique et qui se sont propagés jusqu'à l’Irlande ; des inondations dévastatrices causées par la mousson et frappant des millions de personnes ; ou bien encore une terrible sécheresse en Afrique de l’Est.

« Nombre de ces phénomènes – des études scientifiques approfondies en révéleront le chiffre exact – portent indiscutablement la marque du changement climatique causé par l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre engendrée par les activités humaines. »

Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, a déclaré : « Tout cela met en lumière les menaces croissantes qui pèsent sur les populations, l'économie des pays et les mécanismes même de la vie sur Terre, si notre action ne devait pas être à la hauteur des objectifs et des ambitions incarnés par l'Accord de Paris.

« Une dynamique sans précédent et très réjouissante s'est créée au sein des gouvernements mais aussi dans les villes, les États, les territoires, les régions, les entreprises et la société civile. La conférence de Bonn 2017 devra servir de tremplin à tous les pays et à tous les secteurs de la société, qui seront appelés à revoir à la hausse leurs ambitions pour le climat, à déminer l'avenir de la planète et à saisir toutes les occasions offertes par une conception originale et visionnaire du développement durable. »

Selon l'OMM, en fonction des taux actuels, les températures pourraient augmenter de 3 °C à 5 °C d'ici la fin du siècle. Pour contrer ce phénomène, l'Accord de Paris appelle les pays à mettre en œuvre des initiatives qui limitent la hausse des températures mondiales à moins de 2 °C, et idéalement ne dépassant pas 1,5 °C. - November 2017

Retour vers les actualités