MTWE MTWE

INSCRIRE MAINTENANT


Du 22er au 24 septembre 2020
Paris Expo Porte de Versailles, Paris, France

Nouvelles de l'industrie


L'ESA dévoile ses partenaires pour le développement d'un système d'alerte précoce de la météorologie spatiale

L'Agence spatiale européenne (ESA) a dévoilé les quatre organisations avec lesquelles elle travaillera pour développer un système d'alerte précoce afin de réduire le risque global de dommages causés par les phénomènes de météorologie spatiale.

La nouvelle mission a pour objectif de placer un engin spatial à un point fixe hors de la ligne entre le Soleil et

la Terre, aussi connu sous le nom de 5ème point de Lagrange, afin qu'il puisse surveiller les événements météorologiques spatiaux et fournir des alertes précoces.

Les phénomènes de météorologie spatiale se produisent lorsque le soleil émet des matériaux qui peuvent être fortement chargés, surchauffés et dangereux pour les infrastructures artificielles et la vie humaine dans l'espace.

Airbus UK dirigera le développement de la mission globale, en mettant l'accent sur les opérations de mission, la plate-forme d'engin spatial, et leur mode d'interface avec les instruments. STFC RAL Space sera responsable du développement des instruments d'observation du soleil et de l'héliosphère. UCL Mullard Space Science Laboratory sera responsable du développement des instruments de mesure du vent solaire. L'entreprise allemande OHB dirigera le quatrième consortium, qui a pour objectif le développement d'une plate-forme concurrente, toutes les propositions devant être évaluées par l'ESA.

Matt Perren, responsable des futurs projets chez Airbus UK, a déclaré : « Une mission au 5ème point de Lagrange renforcera significativement notre capacité à protéger notre planète contre les risques spatiaux. Nous sommes enthousiastes à l'idée de faire profiter de l'expérience d'Airbus en tant que leader de l'observation solaire de pointe et des missions lagrangiennes afin de soutenir l'ESA et l'Agence spatiale britannique dans le renforcement de la résilience de nos précieux atouts dans l'espace et sur Terre.

Le Dr Richard Cole, qui dirigera le contrat d'étude à UCL, a déclaré : « UCL a une longue expérience en matière de météorologie spatiale scientifique et de construction d'instruments à des fins d'étude. Je suis très heureux qu'UCL soit en mesure de diriger une équipe d'instituts européens dans le cadre du développement de cette importante mission qui nous aidera à mettre au point un système d'alerte précoce pour la météorologie spatiale et à mieux prédire ses effets néfastes sur les technologies spatiales et terrestres, ce que nous n'avons jamais pu réaliser auparavant. »

Le Dr Jackie Davies, responsable du consortium pour RAL Space de STFC, a déclaré : « Cette mission représente une fantastique opportunité d'appliquer l'expertise et le patrimoine scientifiques et spatiaux de STFC RAL Space à un problème sociétal grandissant. Nous avons plaidé en faveur d'une telle mission de météorologie spatiale pendant de nombreuses années, sur la base du leadership de RAL Space relatif aux instruments novateurs Heliospheric Imager de la mission phare STEREO de la NASA. Atteindre cet objectif constitue une grande satisfaction, et nous sommes maintenant impatients de relever le défi et de diriger un programme de développement d'instrumentation multinational et multi-instruments. »

Des conditions météorologiques spatiales extrêmes et rares sont susceptibles de perturber les technologies modernes en provoquant des tempêtes géomagnétiques qui affectent la navigation par satellite, les communications à ondes courtes et les réseaux électriques. Une étude récente de l'ESA a estimé que l'impact socio-économique potentiel en Europe d'un événement météorologique spatial unique et extrême pourrait atteindre 15 milliards d'euros (18,6 milliards de dollars). La plupart de ces perturbations pourrait être évitées grâce à des prévisions précises. L'ESA prévoit de sélectionner la conception finale de l'engin spatial et de ses instruments sur la base des résultats de ces études, qui sont attendus dans environ 18 mois. - February 2018

Retour vers les actualités